Partagez | 
 

 Sting Stark - The Wolf [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sting StarkThe Wolf
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 17/12/2015
Rang : A


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Lightning Devil Slayer
Magie Secondaire:
Progression:
0/1200  (0/1200)
The Wolf

MessageSujet: Sting Stark - The Wolf [100%] Dim 21 Fév - 17:31







STING STARK




Nom : Stark

Prénom : Sting

Âge : 25 ans

Sexe : Masculin

Guilde (et poste souhaité) : Sky Stand (Ambassadeur/Maître)

Surnom : The Wolf


Behind the screen

Un pseudo : L'Étalon Italien (la concernée se reconnaîtra :3)

Un âge : 23 ans

Comment tu nous as connu ? Est-ce vraiment nécessaire ? :nomad:

Le code du réglement ? Faudrait peut-être le valider ça

Des commentaires ? L'hiver vient :fok:

L'avatar que tu utilises ? Noctis Lucis Caelum - FF XV


Magie(s) ou Malédiction


Lightning Devil Slayer :  (Kōri no Metsuaku Mahō)
La magie du Chasseur de Démon permet d’anéantir les Démons. Cette magie, comme son nom l’indique, est une magie élémentaire. Par conséquent, l’utilisateur de cette magie peut générer et manipuler la foudre à sa guise. Comme n’importe quel « Slayer », l’utilisateur peut consommer des sources externes de foudre, magique ou naturelle, pour reconstituer ses forces. L’élément des Chasseurs de Démon est d’une teinte mauve/violette.

La Foudre du Lightning Devil Slayer dispose d’une puissance destructrice et d’une tension extrêmement élevée. Elle confère également à son possesseur, une résistance considérable face aux magies utilisant le même élément. Résistance proportionnelle au niveau du mage adverse. Très efficace contre les démons, cette magie leur occasionne nettement plus de dommages. Les possibilités offertes par cette magie sont considérables, mais bien plus à courte et moyenne distance.

Capacité spéciale : Wolf Senses Confère à Sting, un odorat, une ouïe et une vison nocturne surdéveloppés.

Physique



Commençons par une vue d’ensemble. Fort de son mètre quatre vingt sept et de ses quatre vingt cinq kilogrammes, observez ce corps imposant, intimidant et parfaitement imberbe. Des muscles secs, saillants et puissants. Cet athlète respire la vitalité. On dit que la perfection n’existe pas, c’est vrai. Pourtant, Sting a fait de son corps un véritable chef d’œuvre, par la rigueur de ses entraînements quotidiens depuis plus de dix ans. Tirant la quintessence des possibilités étonnantes qu’offre l’anatomie humaine. Conjuguant puissance physique pure remarquable, agilité et vitesse détonante, sans oublier, une robustesse stupéfiante.  

Attardons-nous maintenant à son faciès. On ne va pas se le cacher, c’est un très beau jeune homme, objet de nombreuses convoitises. Un teint clair qui apprécie cependant le soleil. Une chevelure légère bleu gris, à la fois ébouriffée et soignée, une coiffure dont lui seul a le secret. Son visage aux traits fins et harmonieux, dispose d’une symétrie quasi parfaite. Deux iris de la même teinte que sa crinière, héritage maternel à l’instar de sa tignasse. Son regard, tantôt froid et dur, tantôt malicieux, le rend intriguant, difficile d’y déceler réellement une quelconque émotion. Dernier détail qui a son importance, ses quatre canines, anormalement longues, caractéristique commune aux Stark.

N’essayez pas d’interpréter les maigres expressions qui se dégagent de ce visage. La plupart du temps impassible et austère, seule sa bouche se fend de quelques rictus en coin provocateur. Malgré tout, cette mine se détend et s’exalte bien plus dans certaines situations, en combat par exemple, lorsque sa colère ou son sadisme prend le dessus. Néanmoins, si vous êtes attentifs, vous pourrez remarquer une mimique récurrente chez Sting. Lorsqu’il réfléchit profondément, sa mâchoire se serre nerveusement à intervalle régulier. Mettant en exergue ses puissants muscles temporaux et masséters, rendant les traits de son faciès plus agressifs.

Poursuivons dans le détail. Une chose qui étonne chez le militaire, c’est sans aucun doute sa voix. Assez grave et légèrement éraillée, déroutante à la première écoute, envoutante et rassurante à la longue. Ce corps, souvent malmené et poussé à ses limites, en garde quelques souvenirs. Deux longues traces parfaitement cicatrisées, forment un X irrégulier sur la droite de son abdomen. Deux autres marques irrégulières empreignent son épiderme, sur son pectoral droit et au niveau de sa veine jugulaire externe.

Il arbore fièrement trois tatouages. Sur l’intérieur de son avant bras droit, l’emblème de la maison de sa mère, la maison Bolton, un homme écorché rouge retourné.
Spoiler:
 
Le loup féroce de la maison Stark quant à lui, se trouve sur l’intérieur de son avant bras gauche.
Spoiler:
 
Ces deux tatouages sont un hommage à ces deux maisons aux noms orgueilleux, ses origines, son sang. Le dernier se dévoile dans la partie droite de son cou, un nuage bleu à contour blanc, signe de son appartenance à Sky Stand.

Malgré ce physique, le jeune homme n’en reste pas moins d’une élégance rare. C’est un homme distingué, buste droit et fier, épaules dégagées. Sa démarche souple et franche, exprime sa forte confiance en lui. Témoignage de son rang social élevé et de son éducation, Sting est un parfait gentleman. Gestes galants, connaissant toutes les us et coutumes corporels de la noblesse, ne faisant qu’accentuer son côté élégant.  

Concernant ses tenues vestimentaires, le Loup sera en toute circonstance propre sur lui. Personne raffinée, il accorde énormément d’importance à son image et à l’hygiène. Outre le port régulier de son treillis militaire noir à veste manches courtes, sur lequel est façonné les blasons de ces deux maisons. De ses gantelets et de ses rangers, il n’est pas rare de le voir vêtu de tenues bien plus racées. Des costumes, des chemises, des pantalons, des chaussures, en étoffes précieuses et cuir de haute qualité. Émanant des plus brillants tailleurs et cordonniers de Caelum.

Par temps pluvieux ou froid, le militaire se recouvre soit d’un long manteau en cuir brossé sombre cintré descendant jusqu’au creux de ses genoux, soit d’un blouson en cuir anthracite molletonnée, à col fourrure. Tous ces vêtements, d’une qualité exceptionnelle, trahissent ses origines nobles, mais il ne s’en cache pas. Sur chacune de ses affaires sont façonnés ou brodés les emblèmes de ses maisons. Jamais il ne s’encombrera d’une armure, bien trop contraignante à son goût.



Psychologie



D’une manière générale, c’est une personne froide, à la limite de la condescendance. Il laisse rarement ses émotions s’exprimer, et en demande de même pour ses Hommes. Pour le Loup, les émotions peuvent autant vous transcender, que vous enfoncer. Néanmoins, il reste bienveillant, on devine aisément son côté humaniste. Sting est profondément juste, droit, téméraire et honorable. Leader naturel depuis son enfance, il a toujours eu un côté très chevaleresque, protéger la veuve et l’orphelin, prescripteur de la paix. En effet, le Loup ne désire que deux choses, la paix et la survie du Monde.

De par ses responsabilités, Sting reste dur et droit, la discipline et le respect des ordres est essentiel pour la cohésion d’un groupe, d’une armée, d’une alliance. La nonchalance, toute forme de fainéantise, la niaiserie l’insupporte au plus haut point, l’exaspérant sincèrement. De ce fait, ce genre de comportements, lord Stark les rabroue. Malgré cela, le jeune homme reste très apprécié par ses pairs. Son gouvernement se montre dithyrambique à son sujet.

Extrêmement exigeant envers lui-même, il ne se donne pas le droit à l’erreur, en toute circonstance. Cette sévérité, il la cultive depuis des années. Jeune homme intelligent et hypermnésique, ses facultés cognitives l’ont enfermé dans l’engrenage de l’excellence. Sa formation militaire n’a rien arrangé, l’obligeant sans cesse à se surpasser. Ne voyez pas en lui un archétype du soldat fade et obéissant, vous seriez déçu.  
« Une armée est victorieuse si elle cherche à vaincre avant de combattre ; elle est vaincue si elle cherche à combattre avant de vaincre. »

Sa prestance et son assurance en font une personne intimidante,  influente et attractive. Il manie à la perfection l’art de la rhétorique et tous les arcanes de la diplomatie. Homme de dialogue, profondément convaincu que la plus belle des victoires et celle obtenue sans combattre. C’est un partisan indéfectible de la Guerre psychologique.  

Bien qu’étant donnée la situation actuelle, sa position à ce sujet a évolué. Il sait pertinemment, que face aux démons, le dialogue est impossible. Éventuellement envers les traitres du Pacte Ecarlate, afin de leur faire entendre raison. Les pertes humaines seront considérables et inévitables, la victoire face à Zeref sera au prix du sang. C’est sans doute une des choses qui le rongent le plus. N’y pouvant rien malheureusement, il sera seulement en mesure de les limiter autant que possible.
« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation »

Excellent stratège militaire, Sting ne se lancera pas dans une offensive non planifiée. Perfectionniste à l’extrême, il modifie, analyse encore et encore tous ses plans d’actions. Mettant à profit le temps « offert » par ses troubles nocturnes, pour observer la carte du Continent et l’évolution des différents camps. Profitant de son ingéniosité pour élaborer des stratégies en conséquence, elles-mêmes composées de plusieurs alternatives pour palier à toutes éventualités. Bien qu’il sait que tout prévoir est impossible.

Sa forte personnalité et sa façon d’être, peuvent aussi bien déplaire que fasciner. Homme patient et réfléchi dans en toute circonstance. Son calme Olympien et son flegme sont des atouts considérables. Ses nombreuses qualités l’ont amené à toujours plus de responsabilités au sein de l’armée Caelumienne. Même si son flegme légendaire en agace plus d’un. Cependant, il n’est pas rare que le jeune homme se montre sanguin, voire colérique, employant des mots très durs. Face à des personnes ou des gouvernements qui ne se rendent pas compte de la situation, qui ne réagissent pas, Sting perd rapidement son sang-froid. Cela lui valut plusieurs rappels à l’ordre à Caelum, exprimant haut et fort son sentiment sur la position du Royaume.


« Our blades are sharp »

Un côté sombre que vous ne verrez que dans une situation particulière, c’est son sadisme. Le Loup est un expert de la torture physique et psychologique, dans le but de soutirer des informations. Terrifiant héritage ancestral de sa maison maternelle, il sait comment  et ou faire souffrir, briser un Homme jusqu’à son point de rupture. C’est uniquement lors de ses abominables séances de torture, que le jeune homme laisse apparaître cette obscure facette. Prenant un plaisir non dissimulé aux yeux de sa victime à effectuer toutes sortes de supplices et de jeux glauques.

Rassurez-vous, ce n’est qu’une façade, un personnage que Sting joue à merveille. Un tortionnaire sadique, explicite dans ses mots et dans ses expressions corporelles, accentue le côté sordide de la scène. Il n’y prend en réalité aucun plaisir particulier, ce n’est qu’un moyen extrêmement efficace d’obtenir des renseignements. Accordant beaucoup d’importance à cette tradition familiale, une salle spécialement destinée à sa pratique a été aménagée, dans les sous-sols de Sky Stand.  

Sting est une personne cynique et sarcastique. Doté d'un sens de la répartie certain, il n'est pas rare de le voir expulser des répliques déstabilisantes à son ou ses interlocuteurs. Cette langue bien aiguisée n’est pas uniquement destinée à malmener les individus. Maître dans l’art de la rhétorique, se faire entendre et comprendre n’est que formalité. Pesant, choisissant ses paroles et mots en fonction de son interlocuteur. Cette capacité à adapter son discours à son oratoire se voit comme très appréciable. Talentueux diplomate, ce funambule des débats et des échanges d’opinions, demeure persuasif. Même si parfois, des techniques de manipulations et de négociations plus ou moins agressives, doivent être employées.

Son ego est à la hauteur de ses fonctions, il sait qu’il est un élément essentiel du projet Sky Stand. Souvent considéré comme de l’arrogance et de la prétention, à plus ou moins juste titre.  Sa confiance en ses capacités et en lui en général, est considérable. Le fait que le jeune homme soit un Chasseur de Démon, ne fait qu’alimenter cet ego fort. Il n’apprécie guère se faire appeler « Lord Stark », bien que cela le flatte grandement.



Derrière cette carapace inflexible, se cache un homme tourmenté. Son expérience au front bourbeux le traumatisa profondément. Tous ces cadavres, ces visions d’horreur lui reviennent souvent, hantant son esprit, l’empêchant de dormir. Plus jamais il ne voulait voir un tel désastre. La chose qui le gangrénait le plus c’était la culpabilité. Il ne pouvait s’empêcher d’endosser la responsabilité de ce drame.

Cela aurait dû être lui, en première ligne avec ces soldats. Ce qui était fait, était fait. Ne voulant pas vivre dans les regrets et grâce à un intense travail sur lui-même, le militaire évita la dépression. Pas totalement sorti indemne de cette expérience, le spectre de ce malheur plane encore au-dessus de lui. Si bien que désormais et ayant repris les fonctions qui lui étaient dues, il met un point d’honneur à empêcher un autre bain de sang.

Il voue une haine incommensurable aux membres du Pacte Ecarlate. Particulièrement envers les guildes humaines qui se sont ralliées à Zeref, Nether Impact, Crow Feather et Crimson Throne. Ce ne sont que des traitres à ses yeux, ne comprenant pas comment des humains peuvent faire cela. Zeref se débarrassera d’eux tôt ou tard, c’est d’une évidence presque ridicule. Ainsi, ce choix de se rallier à cette pourriture par crainte et par espoir d’obtenir sa miséricorde, est une trahison. Il n’hésitera pas à les écraser, leur reddition et leur rédemption restent envisageables. Le Loup veut croire en l’Homme.

Tartaros ? Voilà la vraie menace. La puissance de cette organisation est terrifiante. Selon Sting, pour entrevoir la victoire, il faut exterminer Tartaros coûte que coûte. Si le pilier du Pacte Ecarlate tombe, Zeref n’aura plus aucun soutient, les traitres se rallieront à l’Alliance Lumen. Une fois cette raclure anéantie, alors construire un monde de paix sera concevable. Du moins, le jeune Stark voulait y croire, bien que la paix pure reste une utopie.  

Concernant son point de vue sur sa nation, il est très radical. Pour lui, Caelum ne fait qu’une infime partie de ce qui devrait être fait. Se contentant surtout de rester bien éloigné du Continent, participer, oui, mais pas trop…  Certes, la délégation militaire de Sky Stand est une avancée, mais encore trop faible. Sting juge sèchement son gouvernement, le considérant comme pleutre. Inutile de vous dire à quel point cela le déplaît. Pour lui Sky Stand ne pourra gagner en légitimité et réellement porter l’Alliance Lumen que si Caelum s’engage totalement dans le conflit.

Sky Stand, voilà une chose qui lui tient à cœur. Symbole de l’engagement, bien que relatif, de Caelum. En tant qu’Ambassadeur de cette délégation, Sting représente la volonté de son Royaume. Bien qu’il considère sa guilde comme un maigre investissement de son gouvernement, cela reste un début… Néanmoins, Sky Stand est devenue sa deuxième famille. Bienveillant envers ses membres, tout en restant ferme, comme un véritable Maître. Il voit Sky Stand comme la lumière dans cet enfer, et comme fer de lance de l’Alliance Lumen.

Grâce à son long séjour sur le Continent en plus de ses informations en amont, son opinion sur les différentes guildes du Traité Lumen se forgea. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Ambassadeur est vraiment déconcerté. Il pensait sincèrement que la signature de ce Traité, suffirait à fédérer toutes ces entités vers un objectif commun. Mais il n’en est rien, deux guildes voient ici l’occasion de parvenir à leurs fins. Golden Reign est obsédé par ses desseins personnels de prise de pouvoir. Phoenix Ashes ne pense qu’à Crow Feather. Autant vous dire que le jeune homme désapprouve vivement cela.


« Lorsque les hommes se rassemblent constamment par petits groupes et se parlent à l'oreille, le général a perdu la confiance de son armée. »

La situation impose que les egos, les différences et les désirs de chacun soient mis de côté. Que tous aillent dans le même sens, vers un même objectif, la survie de ce monde. L’unité est la force. Sans cohésion, pas de victoire. Ces deux guildes ne semblent absolument pas conscientes de l’enjeu de cette guerre, cela l’inquiète considérablement. Seul Destiny Flare trouve estime à ses yeux, cette guilde se trouve être la seule autant concernée que lui. Néanmoins, Sting aimerait en avoir le cœur net, afin de déterminer ostensiblement leur position.

Tout reste à faire dans cette Alliance. Le Slayer n’est pas très serein sur ce point, tant le travail de diplomatie et d’unification s’avère titanesque. L’aide éventuelle de Destiny Flare apparait comme la bienvenue. Le jeune homme ne voit pas comment la guerre peut être gagnée en l’état. Le constat l’accable, il n’y a plus une guerre, mais deux. De plus, le Pacte Ecarlate ne va certainement pas attendre patiemment que l’Alliance Lumen soit soudée, au contraire. Le temps presse, Lumen est en position précaire.  

Reste également les deux guildes neutres au conflit, Stella Nova  et Orion’s Curse. La même chose que pour les guildes du Pacte Ecarlate, une totale confusion sur leurs idéaux et leurs choix. S’enfermer dans la neutralité dans le contexte actuel est intolérable, impensable. Ces deux structures doivent rapidement se décider. Sting se demande d’ailleurs si cela ne sera pas sa première initiative dans tout ce bourbier. Convaincre ces deux entités ne sera pas chose aisée, mais essentiel pour la suite des événements. L’Alliance Lumen ne peut pas se permettre de cohabiter avec des ennemis potentiels en plein cœur de leur territoire. Car oui, il faut prendre en considération la possibilité que ces guildes penchent du mauvais côté.  

Nous avons donc un homme intérieurement torturé et angoissé. Oui, il a peur, un Homme n’en n’est pas un s’il n’a pas peur. Il est terrifié à l’idée de perdre cette guerre, que le monde sombre. Le Slayer se sent seul, totalement désemparé par le manque de prise de conscience collective. La subsistance des humains est une véritable obsession. Se demandant sans cesse comment il allait pouvoir réussir. Comment faire ? Est-ce possible ? Pourquoi ne pensent-ils qu’à leurs intérêts personnels ? Pourquoi ont-ils trahi leurs frères et sœurs ? Tant de questions à s’en faire éclater le crâne et restant sans réponse. Son esprit se lève et s’endort embourbé dans ses inquiétudes.

Mais il ne peut se résigner tant que tout n’a pas était tenté. Car oui, Sting croit en la victoire malgré tout et surtout, il croit en l’Homme. C’est pour cela que l’espoir est présent, qu’il se sent si impliqué. Il y a toujours de l’espoir. L’Alliance Lumen est une opportunité qu’il faut saisir. Il donnera tout, mettra en œuvre tous les moyens possibles pour vaincre. Sting se doit de garder ses tourments pour lui, sans quoi, ses Hommes ne le suivront pas. Montrer l’exemple, ne pas laisser s’installer le doute dans les esprits, éviter d’exposer la moindre faille. Sa détermination et sa témérité, suscitent admiration, fiabilité et surtout, légitimité.

Jongler entre deux facettes, tel est son quotidien. L’une, incertaine et enfouit dans les limbes de son esprit. L’autre, tangible, impétueuse et porteuse d’espérance. Il incombe au Commandant d'être serein, impénétrable, impartial et maître de lui pour ses membres. Serein, il est insensible aux contrariétés. S’il est impénétrable, il est insondable. S'il est juste, il agit comme il convient. S’il est maître de lui, il ne tombe pas dans la confusion. Cela est essentiel à la cohésion de Sky Stand et de l’Alliance Lumen. Sa personnalité est un gage de confiance et d’espoir pour ses Hommes.





Dans l’intimité, c’est un homme bien moins austère, généreux et sympathique. Bon vivant, il s’adonne volontiers aux plaisirs de la vie. De par ses origines et son éducation noble, son amour pour les belles choses se trouve comme une évidence. Personne raffinée, toujours vêtu de vêtements  en étoffes précieuses, mettant immédiatement en exergue son rang social. L’un de ses péchés mignons est sans aucun doute sa passion pour les vins et boissons spiritueuses de haute qualité. Le Loup se complait dans un univers faste. Malgré ce goût pour le luxe, l’ostentatoire ne fait pas partie de son caractère. Etaler sa richesse à outrance, mépriser, écraser ses semblables grâce à cela, le répugne.

Concerné plus que tout par la survie de ce Monde, il aime et croit en l’Homme, malgré la laideur de ses vices. Son sens de l’honneur et de la loyauté l’ont amené à une profonde aversion pour les mercenaires, ainsi que pour toute personne faisant appel à ce genre d’individus. La corruption, la cupidité, l’avidité ne sont, à ses yeux,  ni plus ni moins que des fléaux qui nécrosent le Monde. Acnologia en est la preuve vivante, Sting n’a qu’animosité envers ce personnage, jugeant que son avidité le mènera à sa perte. Faire la Guerre pour la faire, envoyer des soldats se massacrer par pur caprice le rebute.  

La famille, une valeur à laquelle tient particulièrement le jeune homme. Ses deux maisons, Bolton et Stark, son père, sa mère, son oncle, son cousin… Ce sont les personnes les plus chères à ses yeux. Jamais il ne déshonorera sa famille. Bientôt, il sera mort, sa future femme et enfants seront morts, et les enfants de ses enfants aussi, la seule chose qui perdurera, c’est la famille. Sa relation avec son père demeure conflictuelle sur la position de Caelum, depuis des années. Eddard Stark se trouve tiraillé entre son fils et son ami, le Roi de Caelum, chacun ayant des avis diamétralement opposés. Comprenant les deux visions, il trouve cependant son fils très dur dans ses propos, bien qu’il partage en partie ses opinions. Sting  perçoit son père comme un homme admirable et fort, mais conservateur.  

L’amitié ? Parlons-en. Son entourage, excepté sa famille, reste relativement restreint. Bien que le principe d’amitié soit très important à ses yeux. Son cercle amical se compose des rares personnes (plus ou moins une dizaine) en qui il voue une confiance et une estime inébranlable. A contrario, en tant qu’Ambassadeur, il dispose de nombreuses connaissances, envers lesquelles sa confiance se trouve très limitée. Son naturel méfiant et introverti, l’amène à ne se dévoiler que très partiellement, restant seul juge de ces confidences. Malgré son côté humaniste, il ne peut qu’admettre que l’Homme demeure une créature instable. Le Monde dans lequel nous évoluons y est pour beaucoup, hostile où chacun essaye de survivre.

Obtenir son amitié relève d’un long  et périlleux processus. Les rares personnes concernées  peuvent compter sur lui en toute circonstance, jusqu’à la mort. Il n’est pas impossible que vous deveniez un de ses amis. Sting a d’ailleurs besoin d’un ami, en qui il pourrait se livrer sans retenu sur ses tourments, chose qu’il n’a jamais réalisée. Trahissez sa confiance, et vous vous exposerez à son courroux.

Comment parler de Sting sans parler de Jaime, son loup géant, trouvé blessé, à peine sevré et affaibli lors de son voyage sur le Continent.
Spoiler:
 
Devenu son fidèle compagnon, à défaut de pouvoir se confier à un ami, Sting se confie à Jaime. Ce jeune et fier loup le suit dans tous ses déplacements. Il défendra son maître au péril de sa vie et vice-versa. L’un veille sur l’autre, un lien d’amour éternel les unis. Jaime fait désormais partie de sa vie, au même titre qu’un membre de sa famille. Son nom est un hommage à son défunt grand-père paternel, lord Jaime Stark.

Les femmes… Sting et les femmes, une grande épopée. Se contentant simplement de relations charnelles. Objet de nombreuses convoitises depuis des années, aucune femme n’a véritablement pu fissurer ce cœur de pierre. Cependant pas réfractaire à l’idée, même si pour l’instant, cette alternative, l’insensible n’y pense pas vraiment. Son dur caractère, se positionne comme un obstacle pour ses prétendantes. Sa possible âme-sœur devra mener une véritable croisade pour posséder son amour.

Enfin, son affection pour la nature est un point sensible chez le jeune Stark. La beauté, l’harmonie de certains paysages, l’émerveille au plus haut point. Se complaisant parfaitement dans  cet univers, il peut rester des heures, des jours à observer sa magnificence. Véritable exutoire psychologique, il s’y isole souvent, afin de se ressourcer. Pouvoir évoluer dans ces petits bouts de paradis au milieu de cet enfer, est vital pour lui. Y vivre ? Pourquoi pas, lorsque la guerre sera terminée. Étant un solitaire, cette possibilité lui siérait parfaitement.


Histoire





Originaire du nord de Seven, la maison Stark, une des familles souveraines du Royaume déserta celui-ci lorsque la guerre entre les Humains et les Dragons éclata. Le nord de Seven subit une véritable extermination en très peu de temps. Lord Jaime Stark s’enfuit avec quelques rescapés. Cette fuite fut réalisable grâce à l’aide du Roi de Caelum, ami de longue date de la maison. Les Stark n’y reviendront jamais. Depuis, la maison Stark, du moins ce qui l’en resta, devint une des plus influentes de Caelum. Jaime puis son héritier cristallisèrent la forte amitié avec la famille Royale de Caelum, faisant désormais partie des hauts dignitaires du Royaume.


CHAPITRE I : TOUTE HISTOIRE A UN COMMENCEMENT






Stratoven Mars x363

La sonnerie annonçant la fin de la journée et le début du week-end venait de retentir, brisant la plénitude insulaire. Celle-ci fut d’autant plus bruyante, que la jeunesse Stratovienne qui s’extirpait alors par dizaines de l’école élémentaire. Trois jeunes se mirent à l’écart de la horde hystérique. Parmi eux, le petit Sting, alors âgé d’une dizaine d’années. Une certaine tension régnait entre ses deux camarades, en conflit depuis le début de la semaine pour une broutille d’enfant de dix ans. Lassé de cette situation, Sting désamorça celle-ci en sermonnant l’un, puis l’autre, tout en faisant preuve d’une diplomatie et d’une maturité précoce. Les deux ne pouvaient que se plier aux arguments tranchants et véridiques, puis firent la paix exigée. Malgré son jeune âge, le petit Stark était déjà un leader naturel. Tous les autres élèves se reposaient souvent sur lui, pour n’importe quelles raisons. Tout cela, sous le regard amusé de son paternel, venu le récupérer à la sortie de l’école. Vif d’esprit, d’une maturité presque effrayante, le jeune Loup avait tout d’un grand. Il le sera.

Né en juillet 353 à Nuvoliria sur l’île de Tengen, il n’était qu’un louveteau à peine sevré quand la désertion de l’ancienne capitale eut lieu. Innocent et bien loin de toute cette agitation ridicule. La quasi-totalité de la population Caelumienne se « réfugia » à l’extrême ouest du Royaume, sur l’île de Kiwa. À croire que s’ils avaient pu créer une île artificielle dans l’Océan Perpétuel pour aller plus à l’ouest qu’à l’ouest, ils l’auraient sans doute fait. D’une superficie moindre que Tengen, Kiwa excepté sa position géographique intéressante, disposait d’un bien meilleur climat et relief. Élevé dans les valeurs militaires, propres au rang de son paternel et à la culture Caelumienne. Ses parents ne manquèrent pas non plus de lui inculquer les us et coutumes de la noblesse. Digne héritier de deux anciennes maisons aux noms orgueilleux. Il se devait de représenter au mieux ce lourd et écrasant héritage. Curieux paradoxe n’est-ce pas ? Pas tant que ça. Bon nombre de valeurs sont communes entre militaires et nobles. Le respect, l’honneur, la droiture, l’exigence… Si bien que ce qu’il semblait à première vue comme un paradoxe se trouvât être en réalité un métissage parfait.

Sting ne manqua de rien. Ses parents, Eddard, connut aussi sous le surnom de Ned, et Kristen, furent très aimant et protecteur envers lui, malgré une éducation stricte mais juste. Néanmoins, on ne peut pas dire que le jeune Stark excellait dans l’art de garder sa langue dans sa poche. Pourtant tout le prédestinait à l’exemplarité la plus totale. Rapidement diagnostiqué hypermnésique. Précoce en tout chose, les premiers pas, les premiers mots, l’apprentissage de la lecture et bien d’autres. Cependant, son arrogance et sa faculté à utiliser les mots de sa langue bien aiguisée le rendaient relativement ingérable. D’une maturité édifiante, très critique, sarcastique et cynique. Tranchant voire médisant, il savait également tourner en dérision ses remarques. Le louveteau comprit rapidement que l’humour était une arme redoutable, il peut détendre comme irriter. Son père en faisait largement les frais. Sting le tourmentait si souvent que même sa mémoire hors norme pourrait ne pas s’en souvenir. De plus, le général n’avait nullement le soutien de sa femme, bien trop amusée par les frasques de son fils. Il faut dire que cette capacité de répartie, le garnement la tenait d’elle. Autant dire que dans le foyer, l’ambiance était exaltante, pas pour ce pauvre Ned, même si au fond de lui, cela lui plaisait.

Eddard renonça rapidement à entrer dans son jeu. En revanche, il fit comprendre à son fils que ses compétences linguistiques et cognitives lui serviront grandement si elles sont canalisées. Orateur exceptionnel, maîtrisant la rhétorique comme personne. Son père lui enseigna dans les moindres détails la psychologie humaine, la manière de fédérer, de diriger, de gérer un ou des individus. Si bien qu’avant de commencer sa formation militaire à ses douze ans, le garçon disposait de solides aptitudes comme meneur. Malgré tout, cela ne tempéra que partiellement, cette fâcheuse tendance à dégainer à tout-va. Disons simplement que désormais, il l’utilisait à bon escient… Enfin presque. Eddard l’encouragea à développer fortement sa capacité spéciale héréditaire, Wolf senses. La légende racontait que les Stark descendaient des loups, si bien qu’ils en auraient les sens, odorat et ouïe surdéveloppés, ainsi qu’une vision nocturne accrue. Depuis la création de la maison Stark, le loup en est l’emblème. Certains récits très anciens mentionneraient même que les Stark pouvaient se changer en loup comme bon leur semblaient.

À Caelum, les futurs militaires du Royaume commençaient leur formation dès l’âge de douze ans. En théorie, on ne pouvait prétendre au titre de militaire que lorsque l’on atteignait l’âge de dix-huit ans. Rares sont ceux qui avaient pu le devenir avant cet âge. Ned, grâce à l’éducation et l’exigence de fer de son père, décrocha son rang officiel de militaire à dix-sept ans, jusqu'à se hisser au plus haut rang possible en seulement quinze ans, Général. Dans la société Caelumienne, être militaire est une véritable réussite. C’est un signe de distinction sociale très fort, surtout à cause de la dureté de la formation. Ces hommes et femmes sont considérés comme des héros. Le travail effectué en amont sur son fils par Eddard porta incroyablement bien ses fruits. Seulement deux ans après le début de son apprentissage, Sting désormais adolescent, se voyait confier de plus en plus de responsabilités. Devenant rapidement le leader de sa promotion, il jouissait d’une certaine popularité. Son charisme et sa maturité faisaient merveille. Face aux nouvelles toujours plus inquiétantes en provenance du Continent, surtout concernant l’inexorable avancée des hordes démoniaques. Le jeune Stark se trouvait démuni et totalement exacerbé de l’attitude placide du Royaume. Cela fut le sujet de discorde des nombreux débats nocturnes entre père et fils. Sting demanda sans cesse à son paternel, s’il n’existait pas un moyen de tuer efficacement les démons. Devant l’insistance de l’adolescent, Eddard en conclut qu’il était temps de lui parler du livre.

L’une des rares choses que put emporter Jaime Stark, le père de Ned, lorsqu’il fuit Seven en 320, était un étrange manuscrit. De couleur sombre et orné de nombreuses écritures, visiblement dans une langue très ancienne. Cet ouvrage, Jaime le légua à son fils sur son lit de mort, lui confiant ainsi ce qu’il contenait. Gardé jalousement par la famille depuis des décennies, ce grimoire enseignait une puissante magie perdue. Une magie élémentaire permettant de vaincre les démons. Affinité foudre des Stark oblige, c’est de cet élément dont il était question. Avec l’avènement de Zeref et de ses démons, Ned tenta d’apprendre cette magie. Par la même occasion, le mourant stipula à sa progéniture qu’aucun Stark n’était venu à bout de cet apprentissage. Malgré de nombreuses tentatives et toute la bonne volonté du monde, Eddard n’arrivait à rien, à croire que la magie ne voulait pas de lui. Résigné, il se contentait alors de faire comme ses prédécesseurs, conserver l’ouvrage dans la famille, en attendant un possible utilisateur. Sting était selon lui bien trop jeune pour une telle chose. Mais après tout, pourquoi pas. Inutile de dire qu’à peine le sujet évoqué, le futur militaire désirait se mettre immédiatement au travail.

Eddard, poussé par Kristen, ne pouvait qu’accepter la requête de son fils. Il entraîna Sting pendant quatre longues années. Entre sa formation militaire, la journée et son apprentissage de la magie de Chasseur de Démon le soir, le jeune Loup ne se reposait qu’une poignée d’heures. Porté uniquement par sa volonté, cette cadence infernale forgea son caractère et son exigence envers lui-même. Les premiers mois, Sting apprit à se familiariser avec cette magie, qui semblait l’accepter. Eddard ne pouvait nier l’évidence, la magie l’avait choisi. Au bout d’un an, il pouvait faire jaillir abondamment et manipuler sans mal cette foudre de couleur mauve, ainsi que lancer ses premières attaques, bien que faibles. Tout au long de la deuxième année, Eddard le poussa à se concentrer sur ses attaques de courtes distances. La foudre du Chasseur de Démons s’avérait d’une toute autre puissance que celle de la magie élémentaire de base, offrant des possibilités considérables. Durant la troisième année, le rythme s’intensifia grandement. Le jeune Stark s’attarda sur les sorts de moyennes et longues distances. Ned imposa à son fils une ultime année d’entraînement, malgré la désapprobation de ce dernier, jugeant que son apprentissage était terminé. Le père convaincu son fils par la force. Il ne le regretta pas. Son paternel lui indiqua que pour que sa maîtrise soit absolue, il devait ne faire véritablement qu’un avec sa magie, apporter une dimension spirituelle.

Cette ultime année, fut la plus éprouvante de toute. Sous les conseils du Général, Sting développa la complémentarité indubitable qu’il y avait entre sa nouvelle magie et sa capacité spéciale. Wolf senses, lui conférant une ouïe, un odorat et une vision nocturne accrue, donna une tout autre dimension à son apprentissage. Le mariage des deux le rendait nettement plus efficace en combat, plus incisif, plus rapide. Un énorme travail de méditation et de concentration fut nécessaire afin d’allier les deux. C’est seulement à partir de ce point, que le futur militaire tira la quintessence de son potentiel. Sa magie et ses sens, formant une alchimie irrésistible, si bien que le voir combattre s’apparentait à une symphonie parfaite. Ne faisant désormais plus qu’un avec ce pouvoir, il se rendit compte des nouvelles possibilités qui s’offraient à lui. Les derniers mois de l’année en cours lui permirent d’élaborer des techniques d’une puissance incroyable. Son père, lui conseilla d’ailleurs de ne les utiliser qu’en dernier ressort. Outre la mise au point de ses techniques, il profita de ses facultés accrues pour peaufiner, améliorer grandement l’efficacité de tout son panel de sorts. Ainsi, à ses dix-huit ans passés, le jeune Loup était devenu un véritable Chasseur de Démon. Ned ne pouvait retenir son sentiment de fierté.





CHAPITRE II : DÉCISION





La peur, c’est ce qui poussa la maison Stark à déserter Seven. La peur. Voilà la cause de la migration massive et la désignation d’une nouvelle capitale pour Caelum. Une bien étrange émotion qu’est la peur. Déclenchée par la présence ou la perspective d’un danger, d’une manière primitive, elle pousse à fuir ou à combattre. En réalité, ce qui déclenche la peur, c’est le manque de temps pour réagir à une situation nouvelle et de trouver les moyens d’y faire face. Pour les Stark, la fuite était une évidence salvatrice. Si seulement on pouvait en dire autant de Caelum. Sting ne manquait d’ailleurs jamais une occasion de le rappeler en toute occasion, et ce, depuis sa jeunesse. Les cours d’histoire avaient l’intérêt de retracer l’évolution du pays. Apprenant à la jeunesse les événements majeurs qui ont façonné leur nation. On oublie souvent d’omettre certains détails dans l’histoire, afin de rendre le récit plus… Avantageux, mais rassurez-vous, c’est purement involontaire ! Il ne fallait pas disposer d’une intelligence hors norme pour comprendre les réelles raisons qui ont poussé Caelum à changer de capitale. Il ne fallait pas que le peuple voit dans son pays, de la faiblesse ! Le pays le plus puissant militairement parlant, qui se conduit comme un animal apeuré, quelle douce ironie. Le militaire se forgea sa propre opinion des choix géopolitiques de sa patrie très jeune. Son père partageait les dires de son fils, même s’il le trouvait extrêmement dur dans ses propos.

Pendant tout son cursus dans les jeunesses militaire, Eddard ordonna à son fils de rester discret sur ses opinions. Cela aurait pu compromettre sa promotion en tant que militaire. Son apprentissage de la magie de Chasseur de Démons lui permit de décharger sa frustration sur la situation. Mais depuis qu’il fut promu précocement militaire officiel à dix-sept ans, le jeune homme se mit à exprimer ses opinions. Il trouvait un public réceptif, en accord avec sa vision des choses. Faisant de plus en plus d’adepte au sein de sa division, cela remonta rapidement aux oreilles d’Eddard et du Roi. Néanmoins, rien ne fut décidé par rapport à cette attitude, car malgré le côté désinvolte de la manœuvre, les troupes n’étaient jamais aussi soudées. De plus, le Chasseur de Démons obtint rapidement des galons, tant par ses exploits aussi bien physiques, que relationnels. Le Roi et l’Armée ne pouvaient écarter un élément avec un tel potentiel, la forte amitié entre la famille Royale et les Stark n’y était pas pour rien également. Promu Major à seulement vingt et un ans, deux ans avant son père, rien ne pouvait stopper sa formidable ascension.

Suite à sa promotion, le jeune Stark s’est vu proposer un poste dans une branche de l’armée spécialisée dans les renseignements. Poste qu’il accepta, voyant une possibilité pour lui d’aller enfin sur le terrain, mais ce ne fut pas le cas. Selon sa nouvelle supérieure, il n’était pas prêt à aller directement sur le Continent. Étant dans l’obligation de prendre son mal en patience, les deux années suivantes, Sting se perfectionna afin d’être digne de son poste, sous la tutelle de son oncle Roose Bolton. Roose, frère de Kristen, appréciait énormément son neveu, et vice-versa. Homme imposant, dur et froid, il n’en restait pas moins l’un des instructeurs les plus compétents du Royaume. Expert en techniques d’infiltrations, de filatures et de tortures, il initia Sting à toutes ses pratiques jusqu’alors totalement inconnues pour lui. La Maison Bolton, une des plus anciennes maison noble de Caelum, descendant d’une très ancienne lignée royale, avait toujours eu pour responsabilité la gestion et la formation des divers espions Caelumien. Arborant comme emblème un homme écorché à l’envers, ses membres sont craints et respectés. Reconnus pour leurs capacités à extorquer des informations, bien que leurs pratiques restent en proie à de vives critiques. Elle n’en demeurait pas moins d’une loyauté sans pareille à la couronne et envers sa patrie. Ned et Roose firent leur classe ensemble et étaient très proche, c’est donc les yeux fermés que le Loup lui confia l’entrainement de son fils.


L’hériter de la maison Bolton fit de son neveu, en seulement deux années, une véritable machine à tuer. Roose se demandait même si l’élève n’avait pas dépassé le maître. Les dernières semaines, Sting mis au point de toutes nouvelles prises de neutralisation très efficace, sous l’approbation absolue de son oncle. Ouvrant ainsi de nouvelles possibilités à l’art martial militaire vieillissant de Caelum. Nommé dans la foulée Commandant, le Chasseur de Démons pensait sincèrement que cette fois, il allait rapidement être envoyé sur le Continent. Malgré l’appui de son oncle qui jugeait son neveu comme largement apte au service actif, la dirigeante de la branche ne l’entendait pas de cette oreille. Stipulant sans cesse qu’un autre projet lui était destiné. Le Loup devenait de plus en plus excédé de sa situation. Cantonné comme un vulgaire bestiau à Stratoven, alors qu’il ne rêvait que d’une chose, le Continent. Eddard était au courant de ce projet. Le Roi et les hauts dignitaires militaires du Royaume s’étaient consultés à de nombreuses reprises ces derniers temps. Caelum souhaitait mettre en place à Fiore une délégation permanente, composée de militaires d’élite du pays. Cette organisation, baptisée Sky Stand, serait en charge de venir en aide à Fiore. Sting avait été désigné à l’unanimité comme la personne la plus apte à prendre la tête de ce projet. Il avait outre le fait d’être un Chasseur de Démons, toutes les caractéristiques requises, orateur et diplomate formidable, flegmatique, charismatique au possible et surtout, concerné. Hélas pour éviter tout risque de fuite, personne ne devaient être au courant avant l’approbation officielle du Royaume de Fiore.

Janvier 376

Le jeune homme n’en pouvait plus, cela faisait plus de trois mois que sa formation s’était achevée. Son dégoût face à l’attitude du Royaume devint littéralement insupportable. Il était prêt. Il voulait aller sur le Continent, recueillir le plus d’informations pour essayer de faire changer les choses ici. Ne trouvant qu’une âme attentive en la personne de Roose. Le Loup lui fit part de son désir de quitter Caelum et d’aller sur le Continent de son plein gré. Son oncle, bien que lui conseillant de ne pas se précipiter, ne pouvait qu’approuver son initiative. Et puis, face à tant de détermination à vouloir changer les choses dans ce pays et dans ce monde en perdition, comment rester de marbre. Le Chasseur de Démon faisait surgir des émotions au quarantenaire, pourtant d’un naturel si froid. Ses paroles puissantes, sa hargne, sa volonté de tenter le tout pour le tout dans cette situation désespérée, tout cela le martelait avec une telle violence. Sting croyait en ce qu’il disait et arrivait à faire adhérer les autres à sa vision. Il voyait bien là en lui, l’espoir dont avait besoin ce monde. Si seulement le Roi avait ne serait-ce qu’un dixième de sa volonté se disait-il, Caelum n’en serait sans doute pas là. Avec l’approbation de son oncle, le Loup avait pris sa décision, il s’en irait demain. Le Commandant laissa le soin à Roose d’informer ses parents de sa résolution.

L’Astre solaire perçait à peine l’horizon quand le jeune homme arrivait aux portes de la capitale. Il se tourna pour regarder une dernière fois la cité. Toutes ces rues qu’il avait arpentées mille et une fois. Toutes ces soirées de beuveries et de débauches. Toute sa vie était ici. Sa mélancolie soudaine fut balayée par des bruits de pas émanant de l’extérieur de l’enceinte. Sting se positionna face à l’individu qui selon le rythme de ses pas, courait. Lorsque sa silhouette sortit de la pénombre, il leva les yeux au ciel. Ce jeune homme qui accourait, fraichement promu caporal, le désespérait au plus haut point. C’était le genre de personne qui devenait très rapidement agaçante, par sa niaiserie, par son émerveillement impulsif. Trop faible physiquement et surtout, bien trop immature pour être un militaire de terrain. Il avait été assigné à des besognes moindres, à savoir la transmission des divers messages entre le Continent et Caelum. Le Chasseur de Démons le coupa dans sa folle course.
« Où est-ce que vous courez comme ça vous ? »

« Commandant Stark, j’ai une information importante à communiquer à Madame et aux généraux »

« Quelle information ? »

« Un message qui annonce la visite d’un émissaire de Fiore ! »

« Et ça vous met en joie à ce point là ? Votre émerveillement est ridicule.»

« Je ne comprends pas mon Commandant, c’est pourtant extraordinaire ! »

« Caporal… Vous avez l'œil qui brille à chaque fois qu'un oiseau pète, c'est triste à voir. Ça fait des années que vous menez un train de vie de noix de St-Jacques, alors évidemment, un message qui annonce la visite d'un imbécile porteur de bonnes nouvelles, c'est déjà un petit festival pour vous ! J'suis sûr que vous vous êtes peigné pour l'occasion ! »

« Je suis désolé mon Commandant. »

« Détendez-vous Caporal… Tâchez seulement d’être plus professionnel, parce que sincèrement… Bref allez-y, dépêchez-vous. Moi, je quitte le pays quelque temps. »

« Pou… Pourquoi ? Commandant ?!! »

« Je vous en pose moi des questions ? »









CHAPITRE III : LE CONTINENT






Il ne fallut qu’une petite semaine au Loup pour arriver à la côte est de l’île Tengen. Sa première destination fut la terre de ses ancêtres, Seven. Son grand-père Jaime, lui avait souvent conté des histoires sur ce Royaume. Qu’il y faisait bon vivre, que le peuple y était chaleureux, que le climat était exceptionnel. Tout s’y trouvait, les grandes plaines fertiles du centre, les glaces ardentes de l’est, les fiers monts rocheux du sud et sans oublier l’Océan de Placidité, venant ronger inlassablement les falaises du nord-est, à l’ouest. Pour Sting, Seven devait être le plus magnifique Royaume du continent grâce à cette incroyable diversité. Son périple maritime dura plus d’une semaine. Le rafiot craquant accosta à l’extrême ouest du Royaume de Seven, à la pointe du Golfe Hivernal. À la grande joie de Sting, il n’aurait pas supporté un jour de plus sur cette embarcation. Une fois sur la terre ferme, la simple vue du paysage environnant lui fit comprendre que tout ce qu’il savait à propos de Seven semblait erroné.

La première chose qui le frappa, c’était le froid. Il faisait froid, sans doute aux alentours de deux à trois degrés. Rien à voir avec le climat océanique dont parlait Jaime. La deuxième chose qui l’interpella, c’est l’absence totale de présence humaine. Quelques flocons de neige papillonnaient ci et là. Au fur et à mesure qu’il s’éloignait des côtes pour s’enfoncer dans le Royaume, la neige s’intensifiait, sans pour autant entacher sa visibilité. Sting savait que les glaces d’Iceberg étaient descendues sur Seven, mais jusqu’à ce point-là ? Certainement pas. Seven ne ressemblait plus qu’à un désert gelé. Sa progression jusqu’au centre fut périlleuse. Même s’il possédait un organisme hors norme, des capacités et des techniques de survie extraordinaire, l’acclimatation resta compliquée. Mais le Loup s’habitua. Un mois et demi fut nécessaire pour atteindre le centre du pays. Cela pouvait paraître long, mais en réalité, c’était assez court. Ne serait-ce qu’à cause de cette zone située à la base de la pointe ouest de Seven. La neige à cet endroit était très étrange. Elle agissait comme des sables mouvants, si bien que le tout formait une sorte de tourbière de neige. Quelle épreuve endura le jeune homme pour traverser ce calvaire, la moindre erreur était fatale dans un environnement pareil.

Le froid se faisait toujours plus tranchant, les températures se trouvaient nettement dans le négatif à présent. Le secteur, d’une hostilité terrifiante, semblait dénué de toute trace de vie. Il régnait un silence mortel dans ce cimetière de glace. Aucune raison de s’éterniser dans ce sanctuaire, à moins de vouloir y perdre la vie. Le jeune homme était désemparé, au nord et à l’ouest l’attendait la même chose, le froid, à l’est, Iceberg et son climat tropical. Tout n’était plus que désolation ici, comme si le temps avait figé le Royaume entier. Une certaine tristesse l’envahit, même s’il n’avait jamais connu Seven dans sa splendeur d’antan, cela lui faisait un pincement de voir ce pays dévoré par le froid. Le Slayer prit la décision de quitter Seven par le sud, pour se rendre à Bosco. Espérant surtout trouver autre chose que des racines pour se nourrir. La faim commençait à le ronger et ce n’était pas ce désert gelé qui allait lui fournir quelconques vivres énergétiquement intéressantes. Sting atteignit la frontière avec Bosco après deux mois et demi, soit début juin.

Bien que longue, cette étape fut nettement moins pénible que la précédente. Le climat était plus clément, moins rude. Le jeune homme traversa toute la chaîne montagneuse de Seven. Bien plus épargnée que le reste du pays, la faune et la flore subsistaient relativement bien, rendant ainsi les conditions de survies moins éreintantes. Sting ne savait que peu de chose à propos de Bosco. Mais ce qui l’attendait, dépassait ses idées les plus folles. Plus il se rapprochait de la frontière, plus l’atmosphère se faisait lourd et humide. Ce ne fut qu’une fois en territoire Boscoïte, qu’il comprit la raison de cela. Si un mot devait qualifier Bosco, se serait : marécage. Un gigantesque marécage. Le paradoxe avec Seven était stupéfiant. Les insectes, la boue, la chaleur étouffante, les eaux noirâtres et nauséabondes, voilà dans quoi évolua le Chasseur de Démon pendant près de trois mois. Pourtant très à l’aise dans n’importe quel environnement, celui-ci mit ses capacités physiques et mentales à rude épreuve. De nombreuses fois désorienté par ce paysage où l’on se perdait si facilement, tant tout se ressemblait. Le sol bourbeux rendait la moindre tentative de progression épuisante.

Après moult remise en question sur son exacte localisation géographique et trois longs mois à déambuler dans ce bourbier infernal, le jeune homme semblait avoir réussi à s’extraire de cette zone. Maintenant à l’ouest de Bosco, les marécages nauséabonds, véritable vivier à toutes sortes de parasites et de maladies, laissèrent place à un paysage moins hostile. La fange se faisait moins handicapante, du moins, en comparaison de celle des marécages. Ce fut sur ces terres que le Chasseur de Démon rencontra ses premiers ennemis. Des petits groupes de démons, du menu fretin certes, mais cela lui donna l’occasion de tester sa magie sur ses abominations. Celle-ci, d’une efficacité redoutable, lui donnait un sérieux avantage, surtout maintenant qu’il se situait en territoire ennemi. Une chose l’interpella antérieurement à chaque affrontement. Le Commandant prenait le soin d’observer longuement avant d’agir. Tous les petits groupes semblaient effectuer des sortes de rondes. Ce qu’ils devaient surveiller se trouvait sans aucun doute plus en profondeur, sa prochaine destination. Progressant dorénavant de manière furtive pour éviter tout désagrément, l’air ambiant devint à nouveau lourd, mais dénué d’humidité. Cette sensation de chaleur s’intensifiait. Son regard se porta au ciel, des cendres virevoltaient. Au loin, on pouvait observer que l’éther y était sombre et rougeâtre, occultant complètement le moindre rayon solaire. Aucun doute possible, le Loup se dirigeait tout droit vers les Cramoisies.

Maintenant qu’il savait exactement sa position géographique, son moral prit un sacré coup. Les hordes démoniaques de Zeref avaient progressé bien plus qu’il ne l’aurait imaginé. Un soudain effluve désagréable vint agresser violemment son flair. Légèrement tourmenté par ses pensées, son pied heurta un objet métallique, le faisant trébucher au sol. Le loup reprit rapidement ses esprits. Toujours au sol, il identifia plus précisément cette odeur qui se fit plus intense. La putréfaction, la pourriture, voilà ce que sentait le Slayer. C’était en constatant sur quoi son corps était tombé que le jeune homme comprit pourquoi cette émanation se corsa. Un cadavre en décomposition. Les vers effectuaient leur nettoyage à merveille. Pris d’une légère panique, il se releva sèchement, tout en se retenant de rendre son dernier repas. Ce fut une fois debout que la scène d’horreur lui éclata en plein visage. Des dizaines, des centaines de cadavres à perte de vue. C’était un véritable carnage, cet endroit avait été le théâtre d’une terrible bataille. Déambulant au milieu des corps et des diverses armes maculées de sang coagulé. Il reconnut les plastrons et bannières des armées de Caelum parmi l’amas de débris à moitié englouti par la boue. Le Loup ramassa quelques matricules, certains de ces soldats, le Chasseur de Démon les avait côtoyés. Serrant si fort les dents et la poignée de médailles dans sa main à s’en faire saigner, la pluie se mit à tomber.



Une fine brume envahit le champ de bataille, accentuant le côté morbide de la scène. L’atmosphère était d’une lourdeur écrasante. Mais il avançait. Sting avait la terrifiante sensation que les âmes des défunts le happaient, comme pour réclamer une quelconque aide désespérée. Mais il avançait. Son esprit s’engluait dans des pensées sombres. Tous ces soldats … Une tristesse terrible le gangrenait. Sa démarche se faisait de plus en plus pataude. Des cadavres, à chaque pas un peu plus, des cadavres tout autour de lui, si bien que l’on ne distinguait même plus le sol. Toutes ces vies sacrifiées pour la survie de ce monde. Il ne voulait plus, mais il avançait. Touché au plus profond de son être par ce spectacle, peut-être que le Chasseur de Démon aurait pu éviter un tel désastre. La pluie s’intensifiait, quelques éclairs se mêlaient à cette funeste symphonie. Sa vision se brouillait, vide de toutes émotions. Mais mètres après mètres, il avançait. Une colère abyssale envers les responsables de cela, se mit à jaillir de son âme. Son corps se crispait de plus en plus, tremblotant légèrement. S’en était trop. Sting poussa un hurlement rageur en direction des cieux comme pour défier les Dieux, qui fut noyé par le fracas d’un éclair. Jamais il n’avait crié aussi fort. Aussitôt, son corps le lâcha, ses jambes flageolèrent, comme s’il venait d’atteindre ses limites physiques et mentales. Le militaire s’écroula, dos sur le sol humide, au milieu de ses frères et sœurs. Le regard inconscient, de même que sa carcasse. Nul ne vit la larme qui perla sur le côté de son visage, masquée par la pluie incessante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sting StarkThe Wolf
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 17/12/2015
Rang : A


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Lightning Devil Slayer
Magie Secondaire:
Progression:
0/1200  (0/1200)
The Wolf

MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%] Jeu 25 Fév - 16:46










Histoire




CHAPITRE IV : EN TERRITOIRE DÉMON





Il ne fallut pas moins d’une semaine à Sting pour se « remettre » émotionnellement. Et une autre semaine pour contourner les Cramoisies par le sud. Le trauma de cette zone de guerre continuait de l’affecter, cela faisait partie de lui désormais. La zone qui s’offrait à présent à lui, semblait toute droite sortit de l’imagination d’un écrivain aux pensées obscures. Parsemées de rocs tranchants en pointes, de taille très diverses, fièrement dressés vers le ciel, donnant à ce lieu une allure presque onirique. Ce désert épineux était recouvert d’une brume jaunâtre, des plus inhospitalières. Cet endroit visiblement dépourvu de présence humaine, dégageait quelque chose d’oppressant. Le Slayer ne tarda pas à comprendre ce que cachait ce désert. Des milliers de ces abominations se trouvaient sur ces terres. Il venait de pénétrer le territoire des Démons, le Pandémonium. Aucune trace cependant, d’un Démon de Tartaros.  Le Loup élimina des dizaines de petits groupes furtivement, profitant du fait qu’ils s’attaquaient entre eux pour passer inaperçu. Leur puissance, d’une médiocrité incroyable, n’était palliée que par leur nombre. Après deux semaines de progression clandestine à travers le pays des Démons, un camp attira son attention. De moindre taille que les autres, les démons y étaient pourtant bien différents de ceux que Sting avait rencontrés auparavant.

Douze, voilà le nombre exact d’individus dans ce campement, cela faisait une semaine qu’il observait leurs moindres faits et gestes. Vivre à seulement quelques mètres d’eux le rendait fou de rage. Mais il ne pouvait se permettre de laisser ses émotions prendre le dessus. Trois d’entre eux disposaient de caractéristiques physiques terrifiantes, de véritable mastodonte sur pattes. Munis d’haches dorées, leurs armures étaient, elles aussi constellées d’or, des Berserkers. Les neuf autres semblaient être des Archers. Ces créatures revenues des limbes, ne pouvaient être plus immonde. Ne pouvant pas les attaquer tous d’un coup, le Commandant rongeait son frein, en attente d’un éventuel mouvement. Un individu s’approcha du camp le huitième jour. De taille moyenne, athlétique, un long habit noir masquant son corps. Seul élément visible, sa tête, dépourvue de cheveux et recouverte de piquant osseux. Son épiderme semblait écailleux, comme victime de graves brûlures. La douzaine de démons paraissait très attentive à ses paroles. Nul doute, ce personnage disposait d’une forte autorité. Ce démon, d’apparence humanoïde devait faire partie de Tartaros, et ces démons, son escadron. Soudain, les créatures se mirent à se mouvoir dans trois directions différentes. Chaque petit groupe était composé d’un Berserker pour trois Archers. Le Loup choisit une troupe et lança la traque.

Par diverses techniques de filatures, de diversions et de rameutage, Sting poussa la cohorte à s’éloigner toujours plus, afin de l’amener ou il le voulait. Le Tacticien faisait merveille, la chose ne fut pas aisée, il fallait tenir compte que la zone grouillait de nombreux autres démons. La nuit tomba peu à peu, ce qui donnait désormais l’avantage suprême au Slayer, grâce à sa vision nocturne surdéveloppée. Le groupe se stoppa et décida de rebrousser chemin, ne pouvant avancer sans visibilité. Le jeune homme choisit cet instant pour faire tomber un éclair mauve au milieu des quatre, provoquant un affolement général. Maintenant dispersé, Sting pouvait les éliminer individuellement. Sa première cible fut le Berserker. Le combat ne dura qu’une quinzaine de minutes. Malgré que sa vision soit quasi nulle, le démon était doté d’une résistance étonnante. Bien plus agile et avantagé, les mouvements de la créature étaient inutiles face à lui. Le Chasseur de Démon en vint à bout grâce à deux attaques bien placées. Il était évident que ce combat, dans un contexte autre, n’aurait pas été aussi enfantin. Les trois Archers, rapidement retrouvés par son odorat exceptionnel, subirent le même sort, bien que dans leur cas, ce fut nettement plus rapide. Le traqueur retourna en planque à proximité du campement.

Le lendemain, voyant qu’un de ses groupes n’était pas revenu, le membre de Tartaros envoya un autre cortège, composé des mêmes créatures pour retrouver celui perdu. Utilisant les mêmes procédés que la veille, Sting s’en débarrassa. Seulement cette fois, le démon de Tartaros avait tout vu, du moins une partie d’un des combats. Cette disparition inhabituelle, éveilla sa curiosité, le poussant à suivre en retrait son groupe. Mais ne pouvant pas se permettre une action nocturne, il décida de s’occuper du trouble-fête dans de meilleures conditions. Le jour suivant, le Commandant ne constata aucune activité au campement, se demandant même s’ils n’avaient pas déserté durant la nuit. Il ne jugea cependant pas opportun de s’y rendre, afin de ne pas compromettre sa position et d’éviter tout risque de guet-apens. La possibilité d’être actuellement repéré et épié à son tour, n’était pas à exclure. Dans ce genre de situation, la négligence et les certitudes aveuglantes pouvaient être fatales. Ne jamais baisser sa garde, ne jamais omettre toutes les possibilités sur sa position et sur celle de ses adversaires. Traqué ? Ou Traqueur ? Remettez-vous sans cesse en question. Après deux jours à observer, c’était désormais une certitude, le bivouac ne comportait plus le moindre démon.

Sting pouvait rester ici, à réduire en poussière des centaines et des centaines de créatures insignifiantes pendant des mois, voire des années. Mais une telle résolution, s’avérait autant médiocre que ses ennemis. De plus, ce n’était certainement pas seul, qu’il allait pouvoir tenter quoi que se soit. Quitter cet endroit et aller à Fiore, cela se présentait comme la meilleure alternative. Le Slayer s’éclipsa du Pandémonium par l’ouest, afin de rejoindre le littoral, pour le suivre jusqu’à la frontière avec Fiore. Finalement assez proche de son objectif, cela ne lui prit que deux jours de marche. La voilà, la Mer Erratique, mer d’huile facilement domptable. Progressivement, une large et étrange ombre se forma sur le sol, enveloppant le Chasseur de Démon. Il leva les yeux au ciel pour observer ce qui osait le priver des doux rayons solaires. Ses yeux s’écarquillèrent alors, ce que Sting pensait être comme un simple nuage, était en réalité un cube gigantesque. Lévitant et se déplaçant lentement à plus de trois cents pieds du sol. Comment un tel édifice pouvait-il flotter ainsi ? Se disait-il.
« Qu’est-ce que… »


Envouté par cette chose, Sting ne détecta qu’au dernier moment la présence d’un ennemi derrière lui. Son ouïe surdéveloppée, lui permit d’éluder l’attaque au corps-à-corps de son adversaire. Le tout se déroula en à peine une seconde. L’impact de l’offensive fractura sévèrement le sol sur plusieurs mètres. Le Loup s’éloigna par quelques acrobaties et examina les dégâts, s’il n’avait pas échappé à cela, le destin du monde ne serait plus sa préoccupation première. Lorsque la poussière fut balayée par une légère bourrasque, l’auteur de cette attaque malhonnête devint clairement visible. C’était le grand brûlé de Tartaros. Face à ce visage si singulier, le militaire ne put s’empêcher d’exprimer une remarque provocante.
« Oh meeeerde ! Maintenant que je te vois de plus près, on dirait un trou du cul vu de l’intérieur. »

« Enfin, je te trouve ! Tu vas devoir payer de ta vie l’extermination de mes troupes, Chasseur de Démon »

« Ça fait très théâtral comme discours, tu ne crois pas ? Moi qui prenais les démons pour des rustres. À qui ai-je l’honneur ? »

« Sparrow, membre du Kyuukimon de Tartaros. »

« T’as pris un sacré coup de chaud pour un moineau non ? »


Continua le jeune homme en agitant sa main devant son visage.


« Vous les humains, vous parlez beaucoup. »

« Mais je ne suis pas tous les humains ! »

Sparrow retira son manteau ébène, exposant son torse, aussi écailleux que celui de sa tête. L’affrontement était inévitable. Le Démon se rua sur Sting pour un combat de mêlée intense, chacun évitant les coups de l’autre. De nouveau éloignés par une quinzaine de mètres, le Slayer, avec un signe de la main, fit retentir une détonation. Une énorme sphère de foudre mauve se créa et enveloppa instantanément son vis-à-vis. Même s’il fut touché et surprit par la fulgurance de l’attaque, un ennemi de ce calibre n’allait pas se faire terrasser si facilement. Alors que le Chasseur de Démon s’apprêtait à lancer sa fureur du Démon de Foudre, le terrain trembla. La terre se déchiqueta de toute part, provocant de nombreuses crevasses. L’épicentre de ce tremblement se trouvait être Sparrow, qui exposait enfin ses capacités. Le séisme s’intensifiait, faisant perdre l’équilibre au Loup et interrompant par la même occasion son action. Cet affrontement prenait une tournure bien plus délicate, la falaise n’allait pas tenir bien longtemps. Sting devait utilisait une de ses techniques les plus puissantes pour en finir en un coup. Une masse considérable de foudre mauve jaillit alors hors de son corps. Il ressentit soudainement une forte présence magique à l’est du champ de bataille. Deux, non trois individus. Son adversaire, qui se positionnait pour enchaîner un second sort, fut stoppé par une voix autoritaire et féminine.
« Cela suffit Sparrow ! »

Visiblement énervé par le débarquement de ses camarades, le Démon poursuivit.

« N’interfère pas Kyôka ! Ce merdeux a décimé les deux tiers de mes troupes en une semaine, maintenant que je le tiens, il est hors de question que je le laisse s’échapper. »

« Si tu vas le laisser partir, c’est un ordre. »

« Pourquoi devrais-je le faire ? »

« Premièrement, car il est fort probable que tu y laisses la vie. Deuxièmement, car Mard Geer te réclame immédiatement, il semblerait que tes récents échecs l’ont quelque peu… Froissé. Et troisièmement, je te l’ordonne. Tu n’auras bientôt plus à te soucier de son sort de toute façon. »

« … »

Celle que venait d’appeler Sparrow, Kyôka, semblait disposer d’une forte autorité. Sans doute, le chef du Kyuukimon. D’apparence humanoïde, cette femme disposait de caractéristiques physiques aviaires, des serres comme pieds, un casque rappelant la tête d’un oiseau et deux mèches de cheveux verdâtres imitant des ailes. Sa tenue se composait simplement d’un maillot violet moulant, d’une cape de la même couleur et de cuissardes noires.
« Laisse-moi m’en occuper Kyôka ! Je vais lui faire regretter d’avoir osé venir jusqu’ici ! »

« Ça suffit Jackal, tu ne le toucheras pas non plus. »

Celui qui venait de prendre la parole et de se faire réprimander à son tour, se nommait Jackal. Lui disposait de caractéristiques canines, dents acérées, une chevelure blonde, dont deux mèches imitaient les oreilles pointues d’un canidé. Sans oublier sa queue, couverte d’une fourrure de la même teinte que ses cheveux. Il paraissait comme assez ingérable et facilement irritable.
« Mais ! On peut en finir en quelques secondes ! Pourquoi se priverait-on de tuer un Chasseur de Démon ? »

« Parce qu’on ne fait pas attendre Mard Geer. »

Sparrow et Jackal se calmèrent. Le troisième se tenait en retrait, il ne se sentait visiblement pas intéressé par le petit débat sur le destin du jeune homme. C’était sans doute le plus humain de tous les démons, Tempesta. Instigateur de l’attaque sur le palais de la capitale de Stella. On pourrait véritablement se méprendre et croire que c’était un véritable humain, seules ses griffes le trahissaient. Kyôka leur somma d’aller devant, la laissant désormais en tête-à-tête avec le Slayer.
« Tu as du cran pour être venu sur nos terres, je dois bien l’admettre. Mais, ne crois pas que je viens de te faire une faveur humain. »



Sting se faufila entre les crevasses pour s’extirper de cette zone susceptible de s’effondrer dans la mer. La chef du Kyuukimon s’approcha de plus en plus près de lui, jusqu’à se trouver à quelques centimètres. Elle articula d’une voix à la fois sensuelle et effrayante.

« Profites bien de cette chance humain, ce n’est que partie remise, nous nous reverrons tôt ou tard, je te réserve une séance toute particulière en ma compagnie. »

« Il me tarde de voir ça. »

Kyôka s’éclipsa ensuite en riant. Suite à cette altercation qui aurait pu vraiment dégénérer, Sting accusa le coup. Le Chasseur de Démon avait eu énormément de chance. Ces membres du Kyuukimon, représentaient l’élite de Tartaros. Sans la présence de leur chef et leurs obligations, il y serait resté. Inutile et surtout bien trop dangereux de s’éterniser ici, le jeune homme reprit promptement la route en direction de Fiore.















CHAPITRE V : FIORE





Longeant le littoral pendant plus de deux semaines pour passer la frontière, évitant ainsi la Forêt d’Aéa, repaire de Crimson Throne.  Il traversa rapidement la Porte de Nergal par l’extrême sud, pour atteindre les Vestiges du Levant. Cette région venteuse et plane de Fiore devint son environnement pour plus d’un mois. Les Dragons avaient ravagé la plupart des villes, la nature reprit ses droits et seuls quelques temples, thermes ou autres, subsistaient. Il parcourut ses terres du sud-est au nord, passant par Thaléia et Paradeus pour se rendre aux  Collines de Yaros. Sting connaissait parfaitement la géographie de Fiore, étant dans une zone alliée, ses déplacements se faisaient bien plus efficients. Le Loup profita de cette étape dans ces plaines paisibles, du peu de civilisation, pour se dégoter de nouveaux vêtements. Il faut dire que les siens n’étaient plus que guenilles. Une fois aux Collines de Yaros, son émerveillement face à la majestuosité de ces paysages était total. Un véritable havre de paix, faisant oublier la déchéance du monde. Tout ici était magnifique, comme si toute chose vivait en harmonie avec l’autre. Plus il progressait dans cette zone, plus le jeune homme avait l’irrésistible impression d’être dans un rêve. Après avoir arpenté un énième bosquet somptueux, le littoral s’offrait à lui. S’asseyant au bord de la falaise, les pieds dans le vide, le jeune Stark fit le point.

Le cadre s’y prêter, une douce brise venait caresser son visage. Les derniers reflets du soleil, défiant l’horizon, teintaient les cieux de couleurs pastel. Les informations qu’il avait amassées durant son voyage ne le rassurait pas. Les Démons avançaient inexorablement. Le Traité de Lumen, récemment signé était une bonne chose, même si certaines des guildes concernées y voyaient surtout l’occasion d’accomplir leurs objectifs personnels. Ce traité aurait pu réellement donner l’avantage à la coalition si le Pacte Ecarlate n’avait pas fait réponse. Trois guildes humaines qui s’associèrent aux Démons de Tartaros … Comment des humains pouvaient-ils se rallier à Zeref ? Sting ne comprenait pas, cela l’attristait profondément. Il le savait, tout le monde avait des idéaux et des désirs très différents. Mais c’était maintenant qu’il fallait mettre les différences de côtés, les vendettas, les rancœurs ancestrales et faire face ensemble. Uni dans l’adversité et dans la diversité pour éradiquer cette menace terrible. Hélas, ces guildes préféraient trahir leur semblable et rejoindre l’ennemi. Ce n’étaient que des parjures, ils ne valaient pas mieux que Tartaros après tout. Cependant, le Chasseur de Démon se torturait l’esprit à essayer de comprendre, lui procurant à la fois colère et désolation.

L’avenir de l’Homme et du monde était en jeu bon sang ! Comment était-ce possible d’agir de la sorte ? S’ils pensaient sincèrement pouvoir s’attirer les faveurs de cet être ignoble qu’était Zeref en s’associant à lui, alors ces pleutres ne méritaient pas mieux. Zeref les exterminera comme tous les autres, ils ne faisaient que retarder leur tour. Et à ce moment-là, peut-être qu’ils regretteront de ne pas avoir choisi de se battre aux côtés des braves qu’ils avaient condamnés. Certaines guildes de Lumen semblaient ne même pas avoir conscience du danger. Ne se rendant pas compte que ce traité était une opportunité à saisir. Aveuglés par leurs desseins ridicules, occultant la dramatique réalité. Tous ces innocents massacrés et qui seront massacrés, femmes, enfants et vieillards ! Cela n’avait-il vraiment aucune importance ? Le peuple avait peur. Comment ne pas avoir peur dans pareilles circonstances ? D’un côté des traitres et de l’autre, des organisations qui n’arrivaient même pas à s’unir sans concessions pour anéantir un ennemi commun. Son expérience avec quelques membres de Tartaros l’avait grandement affecté. La puissance de Tartaros était terrifiante, bien plus qu’il n’y paraîtrait. Voilà l’ennemi, le véritable, écraser Tartaros était la condition sine qua non pour atteindre Zeref. Mais pour ça, le traité Lumen ne devait pas être qu’un simple coup d’épée dans l’eau.

La réalité sur la situation du continent, lui éclata au visage avec une rare violence. Sting ne pensait pas que tout était encore à faire. Il comptait justement sur la mentalité guerrière des Hommes de Fiore. Certes, il y a eu la bataille du Front Bourbeux, mais ce ne fut qu’une opération menée par obligation et non par conviction, contrairement aux vainqueurs. Le Commandant était complètement perdu, tourmenté par ces constats accablants et ces questions sans réponses. Ne pouvait-on décidément rien faire ? Était-ce impossible de gagner ? Malgré sa volonté de fer, sa ténacité inébranlable, ses espoirs de victoire, les comportements des guildes l’amenaient à douter de lui-même. Sting était anéanti par tout ce qu’il avait vu et entendu. Mais il ne pouvait se résigner, tant qu’il y avait de la vie, il y avait de l’espoir. Rien n’était impossible, le Loup y croyait, au plus profond de son âme. Alors le jeune homme allait tout tenter, absolument tout, pour faire naître cet espoir et cette hargne à ses semblables. Même s’il doutait, même s’il avait peur, il se devait de montrer l’exemple et de garder ses tourments, ses incertitudes pour lui. C’est ça, être un leader militaire, si vos soldats ne croient pas en vous, s’ils sentent que vous doutez, que vous n’y croyez plus, ils ne vous suivront pas.

Ses tourments le torturaient littéralement. À croire qu’il était véritablement le seul à se soucier de l’avenir de ce monde et surtout, le seul à être conscient de cette situation catastrophique. Dans l’état actuel des choses, les chances de victoires du Traité Lumen se situaient aux alentours de 10 %. Une chose donnait un espoir concret à Sting, Sky Stand. Sa patrie avait enfin décidé de bouger. Cependant, il savait d’avance, par la position du Roi sur le sujet, que ce n’était qu’une mince implication, mais cela restait un début. Le Loup comprit également que le fameux projet dont parlait M, se nommait Sky Stand. La première étape et pas des moindres, créer une cohésion et une collaboration absolue entre les guildes du Traité. Aller tous dans le même sens, vers un même objectif. Comment pourrions-nous combattre une menace, sans union intra-muros. Les deux guildes encore neutres dans le conflit devront choisir leur camp rapidement. Elles représentaient un possible avantage considérable. Le travail diplomatique sera colossal. Tout cela l’obnubilait littéralement, rognant ses heures de sommeil, déjà suffisamment courtes.

Un couinement le fit revenir à la réalité. Tout proche, les couinements continuèrent, mêlés à quelques grognements faiblards. Il vit alors sa veste, auparavant déposée sur le sol, déformée par une protubérance, se mouvoir de droite à gauche. Approchant sa main pour retirer le vêtement et découvrir ce qui avait décidé de se cacher là-dessous, un léger aboiement retentit. Sting enleva la veste.
« Qu’est-ce que ? »



Un louveteau ? Sérieusement ? Le jeune homme en resta pantois. Il ne devait pas avoir plus de 4 mois, donc tout juste sevré. Ce n’était pas n’importe quel loup. C’était un loup géant de Seven, sa surprise fut surtout sur ce point. Le Slayer pensait que cette espèce avait disparu, selon les dires de son père et ses constatations personnels sur le terrain. Visiblement, ce n’était pas le cas, avec l’avancée des glaces d’Iceberg, le bouleversement proportionnel de l’écosystème et du climat fut considérable. La rareté de la nourriture avait dû pousser les loups à migrer vers le sud-ouest. Atteignant pas moins d’un mètre cinquante au garrot à l’âge adulte, c’étaient de formidables prédateurs. Chose étonnante, les loups géants de Seven ne vivaient pas en meute. À peine sevré, les louveteaux étaient livrés à eux-mêmes, bien que généralement, ils restent avec leur mère au moins une année. Leur robe bicolore caractéristique, composée de multitudes de nuances grises sur le haut du corps et blanche sur le bas, leur donnaient une allure majestueuse. Le louveteau boitait, sa patte arrière droite était cassée, voilà la raison pour laquelle sa mère l’avait sans doute abandonné. Il paraissait également fortement amaigri. Sting le soigna et l’adopta naturellement, abandonner un loup blessé serait un déshonneur pour un Stark. Le militaire lui attribua le nom de son défunt grand-père, Jaime.

Pendant les quatre mois suivants, le militaire et son acolyte à poil parcoururent l’ouest de Fiore. Redescendant tout d’abord par les terres orageuses de la Déchirure. Son itinéraire prit une forme de grande boucle. Se dirigeant vers le sud, en passant respectivement par les Cimes de l’Héritage, colorées et merveilleuses, la fortement militarisée Plaine Dégradé, pour finir sa route dans la paisible forêt de Landestia. Remontant ensuite vers le nord, traversant dans sa totalité le vaste Massif de l’Arche, extraordinaire région immaculée de quelconque présence humaine. Nos deux héros poursuivirent par le très peuplé Rivage d’Eksul. Sting voulait éviter à Jaime, le mortel Désert d’Igaï, les hostiles terres rocheuses de Stonerest, ainsi que les marécages des Etendues de Myri. Avant d’atteindre leur destination finale, Fiskhar, le binôme parcourut les mystiques et envoutants Pitons de Weiyan. Ce périple permit à Sting de compléter, d’affiner ses informations sur la situation de Fiore, les différents rapports de force, les volontés de chacun, etc. Maintenant en mai 377, il était temps de rentrer.








CHAPITRE VI : HOME SWEET HOME



Presque un an et demi qu’il avait quitté sa patrie. Un fort sentiment de nostalgie l’envahit. Rien n’avait changé à Stratoven, toujours cette putride odeur de peur qui émanait de ses rues. Car oui, tout Caelum tremble de peur, même si leur orgueil ne laisse rien paraitre. Tellement peur que la simple idée de tout tenter pour essayer de changer les choses les révulsent. Ils préfèrent rester terrer dans leurs îles à attendre que la faucheuse daigne venir les prendre. Et cela se dit une nation intrépide, munit d’une formidable force militaire. Quelle franche rigolade. À quoi bon de tels moyens si c’est pour se comporter comme des pleutres. Cette frilosité ridicule les perdra. Quelle image les Royaumes en détresse ont de nous ? Comment pouvons-nous laisser nos frères se faire massacrer sans rien faire. Oui, il y a Sky Stand, certes. Quelle sublime façade. On envoie une poignée de Caelumien au secours d’un camp à l’agonie. On fait notre bonne action, on aide. On rentre en guerre, mais pas trop quand même. Néanmoins, cela restait un espoir, un espoir qu’il fallait saisir. Malgré la faible initiative du Royaume, cela restait une chance, une chance qu’un jour Caelum rentre pleinement en guerre.

Sting en était conscient, bien décidé à tout mettre en œuvre à Fiore pour que l’Alliance Lumen triomphe. Mais il faudra que Caelum fasse plus, comment les autres guildes pourraient lui accorder une once de confiance et de légitimité ? La tâche allait être très compliquée. Golden Reign est obsédé par ses objectifs personnels. Phoenix Ashes, obsédé par Crow Feather. Destiny Flare semble être la seule véritablement concernée par la situation, encore faudra-t-il en avoir le coeur. Sans oublier les deux guildes neutres de ce conflit. Mais comment pouvait-on rester neutre face à ça ? Quelle tristesse. Il faudra fédérer toutes ces entités avec des désirs différents autour d’un seul et unique objectif, la survie de ce monde. Le Chasseur de Démon va devoir en plus d’affronter cette satané Alliance Ecarlate, réformer la sienne. C’est ce que l’on peut appeler un beau bourbier. Les hauts dignitaires de Caelum le savaient très bien. Ils savaient également qu’elle était la seule personne assez folle pour oser entreprendre un tel chantier.


Résidence de M, milieu de la nuit, une heure après son arrivée à la Capitale.


Le jeune homme se servit un verre d’une boisson spiritueuse de bonne qualité, avant de s’installer sur le divan. Quelques secondes seulement après s’être assis, le cliquetis du verrou de la porte d’entrée indiquait l’arrivée de l’hôte de la demeure. Une femme, d’une soixantaine d’années pénétra dans le salon. Chétive, un visage assez marqué et rude, témoignant une grande sévérité. Ses cheveux courts et grisonnants, ne faisaient qu’accentuer ce côté autoritaire en adéquation avec son rang. Dirigeant depuis des années  et d’une main de fer  une branche de l’armée de Caelum dédiée aux renseignements. Connut uniquement sous le nom de Madame ou du pseudonyme de « M ». Elle alluma la lumière et constata avec stupeur qu’un individu s’était introduit chez elle. Et qui plus est, que celui-ci se soit permis de se servir un verre et de s’installer sur un des divans. M ne le connaissait que trop bien. La colère se lisait dans son regard.
« Mais nom de Dieu ! Où étiez-vous passé ? »

« Je vais bien merci et vous ? »

« Épargnez-moi vos sarcasmes ! Un an et demi ! Vous êtes complètement irresponsable. Où étiez-vous passé ? »

« Me revoilà… Si j’avais été mis au courant de votre projet de me mettre à la tête de cette unité, vous pensez bien que je ne serai pas parti. Je croyais que vous vous vantiez de votre transparence auprès de vos meilleurs éléments »

« Nous ne pouvions pas nous permettre une éventuelle fuite. »

« La confiance règne. »

« Par les temps qui courent, nous ne serons jamais assez prudent … Et nom de Dieu ! Comment avez-vous su où j’habite ? »

« Comme j’ai appris votre vrai nom, je croyais que M était choisi au hasard, j'ignorais que... »

« Rien qu'une syllabe de plus et je vous fais exécuter. Et bon sang ! Dîtes mois ce que vous avez foutu pendant tout ce temps ? »

« Je faisais ce pourquoi on m’a formé… Tuer. Quand puis-je honorer mes nouvelles fonctions ? »

« Vous avez surtout agi selon votre ego. Vous avez été trop longtemps en dehors du service actif agent Stark, pour que vous puissiez prendre vos nouvelles fonctions, vous allez devoir passer des tests pour être déclaré apte, tachez de les prendre aux sérieux. »


« C’est une plaisanterie ? »

« Je n’ai pas pour habitude de plaisanter, présentez-vous demain à la première heure au quartier général. Et une douche ne serait pas de trop. Une dernière chose Stark, ne forcez plus ma porte à l’avenir. »

« Bien Madame »




Le Lendemain, Quartier général

Comme convenu, le jeune homme se présenta au quartier général le lendemain. Il y retrouva son père qui lui témoigna à sa manière son retour. Après cette bonne heure de débat stérile où chacun exprimait son point de vue sur la situation, le revenant passa ses tests physiques le reste de la matinée. Visiblement en très grande forme, Sting excellait dans tous, comme à son habitude. S’en suivit encore plusieurs heures d’altercation avec son paternel, mais également M. Eddard se trouvait dans une position délicate, il comprenait et partageait les opinions de sa progéniture. Cependant, le Roi était son ami. Bien qu’étant son conseillé et ayant clairement exprimé son sentiment sur les positions autarcique du pays, le pouvoir décisionnel restait aux mains du souverain. Le jeune homme fut ensuite conduit dans une salle d’interrogatoire situé au sous-sol du bâtiment. Munie de miroirs sans tain, M, Eddard ainsi que deux autres généraux prirent place dans la pièce sombre. Sting et le psychologue, dans la pièce d’interrogation, sommairement composée d’une table et de deux chaises. Les généraux et M pouvaient donc observer et entendre l’audience sans être vu. Loin d’eux à l’idée de penser que Sting ne savait pas qu’ils l’observaient derrière cette glace. L’intéressé ne manqua pas de leur faire remarquer en leur adressant une salutation condescendante de la main, avant d’être coupé par son homologue.
« Asseyez-vous… Bien agent Stark. Commençons, je vous prie. Je vais vous énumérer des mots, des associations de mots ou directement des questions, répondez simplement la première chose qui vous vient à l’esprit. »

« Je crois que c’est dans mes cordes. »

« Bien… Test ? »

« Inutile. »

« Hum… biiiien … Zeref ? »

« Connard.»

« Alliance Lumen ? »

« Espoir. »

« Agent ? »

« Provocateur. »

« Femme ? »

« Provocatrice. »

« Sky Stand ? »

« Sauveur. »

« Camélia Népheris ? »

« Morue. »

De l’autre côté de la vitre, Eddard posa sa main droite sur son front tout en expirant bruyamment pour montrer son exaspération. Un des généraux observateurs ne pu s’empêcher de rire à sa remarque.
« Comment qualifieriez-vous votre consommation d’alcool ? »

« Abondante. »

« Front Bourbeux ? »

« … »

« Front Bourbeux ??? »

« … Échec… »

Se remémorer cet événement lui était insupportable. Il se leva sèchement de colère, puis se mit à déambuler nerveusement dans la pièce avant de reprendre ses esprits. L’interrogatoire se poursuivit encore une bonne heure avant que le Loup ne prît congé.






CHAPITRE VII : SKY STAND




Le lendemain matin, bureau de M

Après avoir frappé à la porte du bureau de sa supérieure, il attendu patiemment l’autorisation de rentrer. Le secrétaire de M, M et le Roi étaient présents. Suite à toutes les politesses d’usage, Sting s’assit à côté du Souverain. M prit la parole.
« Agent Stark, j’ai les résultats de vos tests … Il semblerait que vous soyez reçu, mais ça n’a tenu qu’à un fil. Vous êtes apte au service actif. Vous pouvez prendre vos fonctions en tant qu’Ambassadeur de Sky Stand, Camélia sera informée de son rappel au pays d’ici ce soir. »

« Bien Madame… Majesté… »

« Stark ! Bonne chance, vous allez en avoir besoin. »

« Merci Majesté, je pense aussi. J’espère seulement avoir tout votre appui ? »

« Naturellement ! »

Le chasseur de Démon quitta ensuite la pièce et le bâtiment. Jaime l’attendait bien sagement à l’entrée, il était temps qu’il présente son nouveau compagnon à son père.
« Je savais que Sting avez réussi les tests physiques haut la main, mais je ne savais pas qu’il avait réussi le test psychologique. »

« Recalé… »

« Mais alors ? Majesté ? Madame ? Pourquoi vous l’avez déclaré apte au service actif ? Et pourquoi le nommer à la tête de Sky Stand ? »

« Parce que nous avons besoin de lui. Personne d’autre que lui ne peut remplir ce rôle aussi bien. »

« Nous avons besoin de lui, initialement le poste lui était destiné, nous avons nommé Camélia au pied levé, car cet idiot a laissé son ego prendre le dessus… »




Bureau du général Eddard Stark

Son départ pour Asvan-sur-Mer était acté à demain. Pas question de perdre plus de temps, vu la quantité de travail qui l’attendait. Ses supérieurs ne pouvaient que se réjouir de ce départ précoce. Le Loup avait hâte de prendre ses nouvelles fonctions qui lui revenaient de droit. Front Bourbeux, voilà ce qui occupait son esprit. Cette cuisante défaite marqua l’entrée des démons à Fiore. Sting s’en voulait. Peut-être qu’il aurait pu éviter cela. Peut-être que s’il n’était pas parti, nous n’en serions pas là. Indirectement, le chasseur de Démon se sentait responsable. Une chose était sure à présent, plus jamais une telle chose ne devait arriver.

Sting entra suivit de près par Jaime. Désormais un beau et fier loup, bien qu’encore jeune.
« Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un ? »

« Un loup de Seven. »

« Je croyais que les loups géants de Seven avaient disparu, de toute évidence, je me suis trompé. »

« Il s’appelle Jaime, en hommage à grand-père. »

Instinctivement, Jaime alla témoigner son affection pour Eddard malgré qu’il lui soit inconnu. Le lien légendaire entre le loup et la maison Stark semble irréfutable.
« Il a son regard… »

« Seven n’est plus comme grand-père l’a connu… Les Glaces d’Iceberg ont dévoré le Royaume. »

« Je sais oui… Alors ça y est, tu pars pour Asvan-sur-mer ?»

« Oui, je pars demain, j’ai déjà perdu assez de temps comme cela. Puis je me suis laissé dire qu’un mage nommé Zeref et ses petits copains faisaient de vilaines choses. Il serait peut-être temps de leur donner une leçon. »

« N’oublie pas, tu représentes désormais la volonté directe de Caelum, je pense que tu sais l’énorme responsabilité qui t’est incombée »

« Je sais, je me demande simplement si mon pays me suivra. Nous savons l’un comme l’autre que Sky Stand n’est que le vingtième de ce que nous pouvons faire. On participe, mais pas trop… »

« … »

« J’aurai besoin du soutien total du pays un jour ou l’autre, ses hommes et femmes qui se battent chaque jour à Fiore, auront besoin de nous. Si nous les laissons tomber, crois-tu sincèrement que notre avantage géographique nous sauvera ? Si Fiore tombe, nous tombons. J’espère que le Roi en a bien conscience. »

« Il en a conscience ne t’inquiète pas, mais tu peux aussi concevoir qu’il souhaite préserver son peuple. »

« Certes, mais là il n’y a plus de pays, il n’y a plus de Caelumiens, de Fioréens, il n’y a que des Hommes qui doivent se battre pour survivre. Celui qui excelle à résoudre les difficultés le fait avant qu'elles ne surviennent. Que penseraient les Fioréens de nous si nous ne les aidons pas de toutes nos tripes ? Que penseraient nos compatriotes de nous quand ils verront les démons à nos portes, en se demandant pourquoi nous n’avons rien fait pour éviter cela ? Nous avons fait un pas en avant, marchons maintenant. »

« Je te promets au nom du Roi et du conseil Royal, que nous ferrons le nécessaire en temps voulu. Pour l’instant prend la tête de Sky Stand et fais ce qu’il doit être fait pour que nous vainquions.»


Père et fils discutèrent ensuite de tout et de rien pendant des heures. Les deux ne souhaitant pas que leurs dernières heures ensemble ne soient que débat sociaux-politiques. Le lendemain matin, Sting s’éclipsa du domicile parental aux aurores en compagnie de Jaime, après des aurevoirs riches en émotion concernant sa mère. Une semaine plus tard, le nouvel Ambassadeur de Sky Stand débarquait à Asvan-sur-Mer. Un membre de la guilde chargé de l’accueillir se trouvait sur le quai. Il lui fit visiter longuement toute la ville. Le Chasseur de Démon aimait déjà cette cité, le caractère fortement insulaire de celle-ci ne le dépaysait pas le moins du monde. Le climat était visiblement très proche du Royaume de Caelum. L’architecture atypique lui rappelait les villages des Pitons de Weiyan. Ce grand port, ces petites ruelles où il faisait bon vivre, tout respirait la vitalité. De manière générale, un certain mysticisme se dégageait d’Asvan. Son guide lui stipula tout ce qu’il y avait à savoir sur la cité et ses habitants. Sting échangea avec de nombreuses personnes. Il explora très particulièrement le Hall des Stratèges, endroit ou le Loup passera du temps sans aucun doute. Sting avait fortement apprécié tout ce qu’il avait pu découvrir, Asvan était vraiment une cité exceptionnelle. Leur périple s’acheva par le principal, le QG de la guilde. Les membres de Sky Stand furent visiblement bien briefés de l’arrivée de leur nouvel Ambassadeur. Tous étaient présents en rang à l’entrée. Le Chasseur de Démon salua chacun d’entre eux avant d’improviser un petit discours.
« Membres de Sky Stand ! Certains me connaissent, d’autres pas. Je me présente, Sting Stark, je suis votre nouvel Ambassadeur. J’ai dû partir en mission pendant plus d’un an, ce qui a fait que je n’ai pas pu prendre ces fonctions dès la création de cette guilde. Camélia Nepheris a brillamment assuré ce rôle jusqu’à présent, je vous demande de ne pas l’oublier. Comme convenu, Camélia a été rappelée à Caelum suite à mon retour. Je ne suis pas Camélia. Bien des choses seront différentes. Pour ceux qui me connaissent, ils savent que je suis une personne exigeante, ferme et juste. Je sais également lâcher du lest quand il le faut. Je veux que vous donniez le meilleur de vous-même, en toute circonstance. La situation actuelle est critique, je compte sur chacun d’entre vous. Tant de pays sont déjà tombés. Fiore compte sur chacun d’entre vous. Vous êtes Sky Stand. Ce sont nos frères et nos sœurs qui combattent ardemment dehors contre les hordes démoniaques de Zeref et ces traitres du Pacte Ecarlate. Nous devons leur apporter notre soutien ! Nous ne pouvons et ne devons pas les laisser tomber ! L’Alliance Lumen est une chance ! J’aimerais vous dire que les jours, les mois, les années à venir seront radieuses. Mais cela ne serait que pure affabulation. Il y a aura des jours difficiles, même très difficiles. Il y aura des pertes. Nous serons tous affectés, car nous sommes tous concernés. Nous serons unis, dans la joie et dans la tristesse. Mais toutes ces âmes, qui ont été et qui seront arrachées aux vivants, ne le seront pas en vain ! N’oublions jamais nos frères et sœurs d’armes qui ont donné leur sang. N’oublions jamais toutes les innocentes victimes de cette infâme barbarie ! Pour la survie de notre monde, il va falloir continuer à se battre camarades, tous les jours un peu plus ! Ce sera l’enfer ou le paradis ! Notre futur ou le leur ! Le chemin de la victoire sera long et périlleux. Je serai là, avec vous à chaque moment ! Nos ennemis sont implacables, soyez-le aussi ! Nos ennemis n’attendent et ne veulent qu’une chose, nous massacrer jusqu’au dernier ! Alors montrons leur le sort que l’on réserve à la vermine de leur espèce ! Nous sommes Sky Stand ! Nous sommes Caelum ! Nous sommes Fiore ! NOUS sommes l’avenir ! »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sting StarkThe Wolf
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 17/12/2015
Rang : A


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Lightning Devil Slayer
Magie Secondaire:
Progression:
0/1200  (0/1200)
The Wolf

MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%] Dim 6 Mar - 20:38

Présentation terminée :jmlp:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alabaster N. FeldgrauMammon's Rose
avatar
Messages : 184
Date d'inscription : 11/11/2015
Rang : B


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Vegetal Magic
Magie Secondaire:
Progression:
630/900  (630/900)
Mammon's Rose

MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%] Jeu 17 Mar - 23:46

Bon, salut Stinny c’est Alab. :nomad: C’moi qui t’évalue so, si tu veux pleurer sur mon épaule, tu peux, mais je sens que tu vas plus pleurer de rire que de tristeysse. :jmlp:

COMMENÇONS !

Magie :

Plutôt complet, franchement j’aurais rien à dire si..

« Elle confère également à son possesseur, une résistance considérable face aux magies utilisant le même élément. » - Techniquement ouais, mais si le mage est plus puissant que toi y’aura un peu de mal !

Pour la capacité aussi tout est ok. I guess.


Physique :

Complet too, so, l’heure des fautes est là ! Que je suis méchante. :v

« Dernier détail qui à son importance » - Verbe avoir, mahdear.
« Néanmoins, si vous êtes attentif » - Plouriel !

Sinon, très beau gosse ce gentlesting :sans:


Psusholoji :

Tu m’énerves wllh. Tu fais pas beaucoup de fautes ! :c Mais d’un côté c’est rassurant xD

« En tant qu’Ambassadeur de cette délégation » - On sait que tu vas pas finir rang E mais faut éviter de citer le rang que tu penses avoir :rip: Bref, c’était juste pour chipoter, sinon j’ai rien à dire okay ? :c
« Eddard Stark se trouve tirailler » - tiraillé *
« il trouve cependant son fils très dur dans ces propos, » - Les siennes non ?
« Sting perçoit son père un homme admirable et fort » - Moi parler france très bon !
« Son charisme naturel, sa prestance et son assurance en font une personne intimidante,  influente et attractive » - Attention petit Stin, c’est sous jacent, so, dire que ton personnage a du charisme reviendrait presque à assurer qu’il ne le sera pas :’)


Histoire :
Plutôt bien ficelé, il n’y a pas (du moins peu) d’incohérences avec le contexte, les personnages utilisés, etc… Histoire bien ficelée et qui accroche, bien que par moment ça ralentit, mais c’est pas mal du tout ! Malgré cela il y a quelques fautes :

« CHAPITRE I : TOUT HISTOIRE A UN COMMENCEMENT » - Toute *
« , pas pour se pauvre Ned » - Ce*
« Rare, son ceux qui » - Sont*, je crois que tu t’es relâché ici xD
« Résignait, il se contentait alors » - Résigné !
« Les premiers mois, Sting apprit à se familiariser avec cette magie, qui semblait l’acceptée. » - L’accepter *
« Au bout d’un an, il pouvait faire, jaillir abondamment et manipuler sans mal cette foudre de couleur mauve, ainsi que lancer ses premières attaques, bien que faible. » - La faute à scriben. Et faibles *
« Il ne fallait pas que le peuple voie dans son pays, de la faiblesse !  » - voit *
« ne pouvait qu’approuvait » - approuver *
« face à temps de détermination » - tant *
« Toutes ses soirées de beuveries et de débauches. » - ces*
« Aucune raison de s’éternisait » - s’éterniser *

A partir d’ici je ne vais plus citer les problèmes d’infinitif (et vice-versa) !



« la terrain trembla » - masculing !
« deux mèches de cheveux verdâtre imitant des ailes » - « la même couleur et de cuissardes noire. » - Pluriel !
« cela l'attristé profondément » - l’attristait *
« Presqu'un an et demi qu'il avait quitté sa patrie » - Presque un * Mais c’pas tellement une faute
« son point de vu » - un e en moing ?
« car cet idiot à laisser » - a laissé *
« Sky Stand est fait ce qui doit être fait » - et fais *
« Se sera l’enfer ou le paradis » - ce sera *

Bilan.
Je ne dirais pas que c’parfait mais c’est évidement et visiblement très bien, le fond est, selon moi, très bien respecté même si la forme ternit un peu le tout ! Cependant, non seulement le personnage a de l’égo (comme bien décrit) mais il semblerait que tu en aies aussi, Stin, fais attention.~ Alley, modifie tout cela et je te donnerai ton rang !


merci à Haruharu de m'avoir aidé pour le thème ! ♥


Présentation - Fiche Tech - Relations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sting StarkThe Wolf
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 17/12/2015
Rang : A


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Lightning Devil Slayer
Magie Secondaire:
Progression:
0/1200  (0/1200)
The Wolf

MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%] Sam 19 Mar - 17:24

Salut Alab c'est Stinny :nomad:


Voilà les modifications apportées Mademoiselle Alabaster \ o /

Magie :

- Rajout de la phrase « Résistance proportionnelle au niveau du mage adverse. »


Physique :

- Correction des fautes
- Modification de « brun foncé » en « anthracite »
- Rajout de la phrase « Sur chacune de ses affaires sont façonnés ou brodés les emblèmes de ses maisons. »


Mental :

- Correction des fautes
- Remplacement/Suppressions des mots « Ambassadeur », « Commandant » par « Il », « Sting » etc.

Amélioration globale des formules trop prétentieuses :
- Suppression de « Son charisme naturel »
- Suppression de « son aisance intellectuelle »
- Rajout de « Bien qu’il sait que tout prévoir est impossible. »
- Remplacement de « convainc toujours » par « demeure persuasif »


Histoire :

GENERAL

- Correction des fautes
- Remplacement/Suppressions des mots « Ambassadeur », « Commandant » par « Il », « Sting », « Jeune homme », « Le Loup », « Le militaire »

AMELIORATION GLOBALE DES FORMULES TROP PRETENTIEUSES

CHAPITRE I

- Remplacement de « Rapidement diagnostiqué comme surdoué, puis hypermnésique. » par « Rapidement diagnostiqué hypermnésique »
- Remplacement de « il jouissait d’une popularité conséquente » par « Il jouissait d’une certaine popularité »


CHAPITRE II

- Suppression de la phrase « Profitant de son charisme, de sa diplomatie et de son âme de leader. »
- Modification de la phrase « Il avait outre le fait d’être un Chasseur de Démons, toutes les caractéristiques requises, orateur et diplomate formidable, flegmatique, charismatique au possible et surtout, concerné. » par « Il avait outre le fait d’être un Chasseur de Démons, toutes les caractéristiques requises »


CHAPITRE VII

- Modification de la phrase « Parce que c’est le meilleur et il le sait. Personne d’autre que lui ne peut remplir ce rôle aussi bien. » par « Parce que nous avons besoin de lui. Personne d’autre que lui ne peut remplir ce rôle aussi bien. »


RAJOUTS/MODIFICATIONS/SUPPRESSIONS DE PHRASES/DE MOTS

CHAPITRE I

- Modification de « Affinité foudre oblige, c’est de cet élément dont il était question. » par « Affinité foudre des Stark oblige, c’est de cet élément dont il était question. »
- Suppression de la phrase en double made in Scribens et remplacement par le passage initial « Durant la troisième année, le rythme s’intensifia grandement. Le jeune Stark s’attarda sur les sorts de moyennes et longues distances. »


CHAPITRE IV :

- Rajout de la phrase « Son épiderme semblait écailleux, comme victime de graves brûlures »


CHAPITRE VI

- Modification de la phrase « Destiny Flare semble être la seule véritablement concernée par la situation et encore, il faudra en avoir le cœur net. » par « Destiny Flare semble être la seule véritablement concernée par la situation, encore faudra-t-il en avoir le cœur net. »


Voilou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alabaster N. FeldgrauMammon's Rose
avatar
Messages : 184
Date d'inscription : 11/11/2015
Rang : B


Caractéristiques du Mage
Magie/Malédiction: Vegetal Magic
Magie Secondaire:
Progression:
630/900  (630/900)
Mammon's Rose

MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%] Sam 19 Mar - 17:39

Bon bon bon, tout cela m'a l'air bon, j'pense que ça devrait aller ! So, il est grand temps que je te donne ton Rang et tes EP.

Tu es validé au Rang A avec 2800 EP, au titre de Maître de Sky Stand.


merci à Haruharu de m'avoir aidé pour le thème ! ♥


Présentation - Fiche Tech - Relations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sting Stark - The Wolf [100%]

Revenir en haut Aller en bas
 
Sting Stark - The Wolf [100%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Diable s'appelle Stark, Sting Stark.
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» [S15 beta] D1 Vainqueur Sting Racing 638pts
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Earthland's Origins :: Start Here :: Who Are You ? :: Présentations Validées-